J’ai osé goûter à la poutine québécoise 6


La poutine est une spécialité québécoise qui se compose de frites recouvertes de sauce brune et parsemées de fromage en grains. A première vue, il s’agit d’une bizarrerie culinaire doublée d’une bombe calorique qui n’a absolument rien d’appétissant. Cependant, ma curiosité pour ce plat était telle que lorsqu’un ami m’a proposé de me ramener quelque chose du Canada, ma réponse a été : « les ingrédients pour faire une poutine ».

Photo de famille des ingrédients

Le détail des ingrédients de la poutine

Ou comment prendre 15 kg rien qu’à leur lecture.

La sauce brune, l’ingrédient mystère

Les ingrédients de la sauce poutine

J’avais cherché à plusieurs reprises la recette de la fameuse sauce brune sur Internet, mais sans succès. A l’occasion, j’ai appris qu’il ne sert à rien de la demander à un québécois, il ne la connaît pas. La seule réponse que vous obtiendrez est : « je l’achète en conserve au supermarché ».

En résumé, la quête de la recette de la sauce poutine, c’est un peu comme celle du Saint-Graal.

La brune de la marque St Hubert se constitue, entre autres, d’eau, d’amidon de maïs, de bouillon et de gras de poulet, d’huile de canola… rien de très ragoûtant.

Le fromage en grains, l’ingrédient à consommer rapidement

Le fromage en grains est à base de St-Henri et de Cheddar. Cela ressemble à une sorte de pâte blanchâtre qui, paraît-il, est insipide. Je n’ai pas pu goûter celui que mon ami m’a apporté, parce qu’il était déjà périmé.

De cette expérience, j’aurais appris :

1. les fromages et autres denrées périssables au Canada ont des durées de conservation très courtes. Dans ce cas-ci, elle était de deux jours.

2. qu’il ne fait pas bon d’habiter au Canada lorsqu’on aime le camembert français « qui pue les pieds » à base de lait cru. En effet, tous leurs fromages sont pasteurisés et donc fades.

Sur les conseils de mon ami, j’ai remplacé le fromage en grains par du cheddar.

Les frites, l’ingrédient belge

Je ne sais pas comment sont les frites au Québec mais, vivant au pays de la frite, il me semblait tout à fait inconvenant d’utiliser un sachet d’allumettes congelées au goût de carton, comme celles de chez Mc Do. J’ai donc pris des frites Lutosa surgelées, bien épaisses et 100 % belges.

 

Verdict

La poutine n'est pas photogénique du tout !

Le résultat est loin de ressembler à l’illustration sur la boîte de conserve.

Visuellement, c’est moche et peu appétissant. J’ai eu du fil à retordre pour prendre une photo la moins laide possible et sans traîner pour que notre souper ne soit pas froid.

Ce n’est pas mauvais, mais pas de quoi en faire tout un fromage.

Gustativement parlant, je m’attendais soit à adorer ce plat étrange, soit à le détester. Je ne dirais pas que c’est mauvais, ni que c’est extraordinairement bon. Le goût sauce brune me fait penser à un fond de jus de poulet rôti lié avec de la maïzena et du concentré de tomate. Quant au mélange frites – sauce poutine et cheddar, ça se laisse manger.

La Poutine n’est pas huileuse contrairement à ce que je pensais. Peut-être est-ce parce que j’ai égoutté mes frites dans du papier essuie-tout. C’est toutefois un plat consistant à servir seul, sans entrée, ni dessert, car il cale bien.

En somme, il s’agit d’un repas que je qualifierais de simple tant au niveau de la préparation (on réchauffe les ingrédients et on mélange le tout) que du goût, mais également de hautement calorique. Il n’y a pas cependant de quoi traverser l’océan pour s’en gaver.  A mon avis, la poutine est l’alliée des Québécois pour passer un rigoureux hiver sans faire exploser la note de chauffage : la graisse, ça tient chaud !

 

Vivez également l’expérience

Si vous n’avez pas l’occasion de vous rendre au Québec et que vous ne connaissez personne pour vous ramener l’introuvable sauce brune, sachez que The Moose, un bar sportif canadien situé dans le quartier Saint-Germain à Paris, en propose à sa carte. Certes, c’est loin de la Belgique, mais c’est bien plus proche que Montréal.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi les commentaires à venir sur ce billet via e-mail.

6 commentaires sur “J’ai osé goûter à la poutine québécoise

  • Kaellie

    Pour m’être souvent nourrie de Poutine pendant 4 ans, été comme hiver, je trouve ton test amusant mais la vraie Poutine, c’est quand même autre chose ! :) Toutefois, je confirme que j’ai souvent eu des soucis de date en faisant mon épicerie à Montréal, ce qui est plutôt déstabilisant pour nous, européens.

  • Sugar Auteur du billet

    J’irais au Moose bar à Paris alors, goûter la différence, en attendant d’aller à Montréal.

    En effet, ça doit être déstabilisant et peu pratique au quotidien ces histoires de dates de péremption. Sachant que j’essaye de faire le gros des courses du mois en une fois pour limiter mes passages au supermarché, ça serait vraiment prise de tête.

  • Miss Queue de Cerise

    Vivant au Québec( expatrièe depuis un an), j’ai l’occasion d’en manger des vraies et je dois te dire que la sauce St Hubert est loin d’être la meilleure, hihi!! Rien ne vaut les frites et la sauce brune maison des pubs ptits restos… En espèrant que tu puisses découvrir ça en vrai!! j’avoue il y a des trucs plus gastronomiques que la poutine quand même hihi!!!

  • Sugar Auteur du billet

    J’espère pour vous, les expats, qu’il y a plus gastronomique que la Poutine et les M&M’s à l’amande !! ;)

  • bea

    La date de peremption etait deja pres d’etre perimee a l’achat du fromage, sinon c’est plus long, parole d’une quebecoise. Il y a des produits ici comme en Europe qui ne se conserve pas longtemps, voila tout.
    Chaque chez de petit resto a sa propre sauce de poutine et quand j’en fais a la maison….je fais de meme ou j’achete une sauce en boite de bonne qualite.
    Et en passant, la poutine , ca se mange un peu comme collation ou diner ou souper vite fait…. mais on a une belle gastronomie ici. les quebecois aiment bien manger.
    Allez voir le site de Ricardo, beau et bon chef quebecois…….
    http://www.ricardocuisine.com

  • Thomas de La Marnierre

    Au Québec, les bons produits, il ne faut pas les chercher au supermarché, comme vous le faites en France. Le Québec produit d’excellents fromages (si si ! mon préféré est d’ailleurs le Peau Rouge), mais il faut aller dans des fromageries pour les trouver. Idem avec les vins : on en va pas dans un supermarché pour en acheter. Sinon, le fromage en grains doit être très frais, alors si vous voulez avoir le bon fromage en France, il n’y a qu’une seule solution : en produire là-bas !